mercredi, mai 25
Home>>Chroniques>>[CHRONIQUE] Kirin Dosha / album Neverland
Chroniques

[CHRONIQUE] Kirin Dosha / album Neverland

À une époque où la musique rock est parfois cataloguée comme un genre d’un autre temps, Kirin Dosha propose dans son premier album Neverland de remettre la guitare au centre… et qu’est-ce que ça fait du bien ! Leur générosité créative (13 titres pour près d’une heure d’album) se ressent tout le long de leur œuvre, proposant des sonorités variées mélangeant rock alternatif et électro, avec quelques touches pop pour faire bonne mesure. S’appuyant sur un leur précédent EP Wonderland, l’évolution dans le nom de ces deux dénotent une prise de maturité, tant dans les riffs catchy que dans la production musicale qui laisse la place à chaque détail d’émerger dans une harmonie prenante.

Les titres s’enchainent et ne se ressemblent pas, possédant leur propre identité et attrapant par surprise le mélomane : All My Lies donne l’impression de les écouter en live dans un stade gigantesque, on a envie de bouger sur la piste de danse avec Scared Boy, alors que Monophobia commence en entraînant dans un coin sombre… Les ambiances variées ont comme point commun de rappeler une esthétique sonore des années 80-90, allant du new wave au grunge, en passant par le disco. Pour autant, cette capacité de fusion entre ces inspirations a toute sa place en 2021, et saura plaire à un auditoire large pouvant trouver chausson à son pied (ou casque à son oreille ici !).

Mention spéciale pour l’avant-dernier titre Frozen, le plus long sur la tracklist avec 7 minutes au compteur, qui se termine par ailleurs sur un solo endiablé, une fin en apothéose qui démontre que le groupe ne se cache pas derrières les effets pour montrer tout le travail technique derrière. Fake sera certainement un grand succès lors des concerts, avec son refrain entêtant et sa clôture déchaînée. Leur passion pour la musique rock est palpable, et Kirin Dosha a clairement envie de transmettre cette énergie, travaillée et puissante.

Avec un nom de groupe combinant un animal mythique chinois et des énergies de vitalités indiennes, on retrouve dans leur album Neverland la volonté de se démarquer de la scène française, en offrant une palette musicale solide et vibrante. Maintenant que le groupe a su concrétiser ses fondations, ils n’ont sans doute pas dit leur dernier mot… Impatient de voir ça en live !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *