vendredi, janvier 28
Home>>Interviews>>Michael John Von Boost – Moon…Stars…Flowers…Chocolate
Interviews

Michael John Von Boost – Moon…Stars…Flowers…Chocolate

Hello ! Peux-tu te présenter ?

Je suis Michael John Von Boost et je viens de Pontoise (95). Je fais de la musique depuis mes 14/15 ans et j’ai toujours composé. J’ai été dans plusieurs groupes (2002/2003 : Ratamahatta 2004/2007 : Haïku 2006/2010 : Daïto 2012/2017 : retour chez Ratamahatta 2017/2020 Nova et Vetera), et mon parcours a été tel que lorsque Nova et Vetera s’est séparé car nous allions être moins dispo géographiquement. la décision de me lancer ainsi que le Covid sont venus accélérer le processus. Je suis donc en mode solo depuis le premier confinement !

Comment as-tu passé cette période covid ?

Nous avions fait notre dernière date en Février 2020 (avec Nova et Vetera) et nous n’avions pas vu venir le confinement. Il a été annoncé et nous nous sommes tous retrouvés chacun de notre côté. J’ai assez bien vécu cette période car ça a été un moment ou j’en ai profiter pour lire, me reposer et me recentrer.

Les enregistrements n’étaient pas finis pour mon album, donc j’ai fait avec Willy, à distance, les derniers ajustements. J’en ai aussi profité pour travailler avec les « guests » qui sont présent sur mon album pendant le confinement.

Peux-tu nous parler justement de ton album, Moon…Stars…Flowers…Chocolate ?

Bien sur, j’ai voulu faire un album qui me ressemble. J’ai aussi voulu être accompagné, donc j’ai inclus 10 invités sur l’album. J’ai pu faire quelques live stream lors de sa sortie pendant le confinement et quelques soirées, j’ai également fait une scène ouverte au Forum de Vauréal via l’association La Ruche, le festival à la Cour des Arts de Vauréal, puis au sein du magasin de musique « Rythmic » en live stream.

Le visuel a été aussi important, car il est symbolique pour moi, c’est ma fille qui fait cette peinture il y a 10 ans, et je me suis dit à ce moment là qu’il y avait quelque chose à faire avec. Je ne savais pas quoi à l’époque, ça a été une évidence quand cette étape est venue.

Pourquoi ce nom ?

Le batteur de Ratamahatta et sa femme sont venus à la maison un soir pour manger, et ils sont venus avec leur petit garçon. Sa femme est anglaise, et la bas, quand une maman de demande à un enfant « comment tu m’aimes ? » ils ont l’habitude de répondre (équivalent en français ) « jusqu’à la lune et encore plus encore » (à peu près dans le texte) son fils lui a répondu d’une façon nonchalante et comme si c’était vraiment pas la première fois que sa maman lui posait la question ce jour là ces mots : « Moon…Stars…Flowers …Chocolate ». J’ai retenu cette phrase que j’ai trouvé excellente. Je me suis également dit que ca allait bien avec le visuel (peinture de ma fille)

Parles-nous des clips disponibles sur Youtube ?

Nous avons du composer en petit comité dû aux conditions sanitaires. C’est donc avec Vincent Delépine que j’ai réalisé ces clips. Ça a été un moment très créatif et même si nous n’étions pas nombreux, ça a été un vrai plaisir à faire.

Quel retours a-tu eu de cet album ?

Tous les retours que j’ai eu son positif, ce qui est vraiment grisant ! On m’a dit qu’il était intéressant et surprenant car ce n’était pas dans cette direction artistique que les gens m’attendaient. En plus, j’avais sorti l’album qu’en format physique, j’ai mis du temps à le mettre sur des plateformes, car je ne suis pas vraiment partisan de cette forme de support, mais j’ai bien été « obligé » vu la période que nous avons vécu car étant dans l’impossibilité de faire des concerts pour le défendre, j’ai du composer autrement.

Comment expliques-tu ce décalage entre ce que tu faisais dans tes précédentes formations et ton album ?

Je voulais prendre tout le monde à contre-pied et montrer une facette de moi que personne ne connaissait. Au départ, je voulais faire un album 100% en acoustique, puis en composant, j’ai un peu changé de direction. Mais finalement, je suis ravie de la tournure que ça a pris.

Qu’est ce qui t’a inspiré pour la création de cet album ?

Ce qui m’a inspiré, ça tient sur les doigts de la main. La B.O d’Into the wild, le tout premier album de Frusciante des RHCP, le premier album solo d’Izzy Stradlin, Nebraska de Bruce Springsteen et l’unplugged d’Alice in Chains. Ce sont ces 4 album et ce film qui m’inspirent depuis longtemps.

Qu’as-tu de prévu pour la suite ?

Et bien j’ai trouvé des musiciens pour porter ce projet en live, donc je compte faire une formation, ça doit se profiler dans les prochaines semaines. Des concerts pour promouvoir et défendre ce disque tout en ayant ce regard sur la suite, car il y a des choses de prêtes. Je n’ai pas envie de me précipiter car nous ne sommes pas à l’abri d’un autre confinement, mais j’ai pas envie de trop attendre non plus pour sortir un second album. J’aimerai prévoir un enregistrement pourquoi pas milieu 2022, mais rien n’est défini pour le moment.

Merci beaucoup Michael John Von Boost pour cette entrevue et à très vite sur une scène!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *